vendredi 14 mai 2010

Agnolotti poêlés, farcis au lieu noir et houmous de petits pois

 
Dès mon inscription sur Hellocoton, Flou est venue m’inviter à participer à son concours : pasta ! Elle m’avait bien cernée : ça faisait un bon moment que j’avais envie de me lancer dans la fabrication de pâtes fraîches. Mais sans machine à pâte, sans expérience aucune, sans recette vraiment éprouvée, j’avais un peu peur de me lancer dans un truc propre à engendrer crises de nerfs et jets de boules de farine collante sur les passants par la fenêtre de ma cuisine.

Alors je me suis lancée en suivant scrupuleusement sa recette. Bien m’en a pris. Le résultat : zéro crises de nerfs, et plein de pasta extra dans mon estomac. Après la pas si dure épreuve du pétrissage (facilité si vous faites ça devant une vidéo bien énervante. J’ai choisi à l’extrême droite du Père) et après le repos mérité, la pâte ne colle pas, elle est douce comme un lobe d’oreille, et est vraiment facile à travailler et à étirer. 
Avec une première fournée de pâtes fraîches, j’ai fait plein de tagliatelles. Ou était-ce plutôt des maltagliati, des « mal taillées » ?  Enfin, c’était de longs rubans. Pas vraiment réguliers car taillés au couteau mais délicieux. Je les ai simplement mangés au beurre, et après aussi à la sauce tomate en bocal. C’était bon, mais vous n’auriez pas voulu voir cette recette ici, si ?

J'ai donc fait une seconde fournée pour ma recette inventée. Il n’y avait guère de contraintes. En effet, la pasta est accommodante : y a-t-il un ingrédient qui ne lui convienne pas ? Elle est voyageuse : de l’orient à l’occident, y a-t-il un pays qui ne la cuisine pas ? Enfin, la pasta est polymorphe : de couleurs et de formes innombrables, j’avais l’embarras du choix.

J'ai donc suivi mes envies : j’avais envie de pâtes farcies. Farcies comme des raviolis, mais poêlées et croustillantes comme les gyoza japonais. Pour la farce, j’avais un filet de lieu noir, et envie de petits pois au tahin. J’ai fourré tout ça dans des ronds de pâte, et préparé une crème d’ail pour faire trempette. De façon assez surprenante, ces chaussons plutôt improbables se sont révélés délicieux.

Et une fois les pâtes préparées, prises en photo, et mangées, en faisant quelques recherches au moment de rédiger ce billet pour trouver un nom à ma recette, wikipédia m’apprends que je n’ai mangé ni des raviolis poêlés ni des gyozas italiens mais des agnolotti : des pâtes farcies semi-circulaires, en forme de chapeau de curé, qui peuvent être bouillis ou cuits à la poêle avec un peu de beurre.  Bon, d'accord, mes chapeaux sont un peu biscornus, mais j'ai quand même réinventé sans le savoir une forme de pâte !


Agnolotti poêlés, farcis au lieu noir et houmous de petits pois
Pour environ 16 agnolotti

Pour les pâtes : 
semoule de blé dur fine 85 g
eau 85 g
farine 100 g
2 pincées de sel

Pour la farce :
un filet de lieu noir (environ 200 g)
2 cc de baies roses grossièrement concassées
200 g de petits pois (frais c’est chic mais ruineux, surgelés c’est bien)
2 cc bombées de tahin
sel
une noix de beurre ou un peu d’huile pour la cuisson des pâtes

Pour la crème d’ail :
1 tête d’ail.
70 ml de crème liquide
1 pincée de sel

Crème d’ail : Cuire les gousses d’ail non épluchées dans une casserole avec un peu d’eau pendant une vingtaine de minutes.
Quand les gousses d’ail sont bien tendres, les égoutter puis les éplucher : il est facile de récupérer la pulpe simplement en pressant les gousses. Écraser finement la pulpe d’ail, mélanger avec la crème liquide, saler légèrement.

Préparation de la pâte : mélanger la farine, la semoule de blé dur, le sel et l’eau. Pétrir pendant 30 minutes cette pâte qui a la consistance de pâte à modeler plutôt dure.
Couvrir et laisser reposer 30 min.

Étaler finement la pâte (+/- 2 mm), et découper des cercles de 10 cm de diamètre. J’utilise une fidèle boite de conserve conservée à cet effet.

Préparer la farce : Cuire rapidement le poisson dans une poêle antiadhésive, l’émietter et le mélanger avec les baies roses écrasées, saler légèrement.
Cuire les petits pois (5 minutes au micro-ondes chez moi) , les mixer grossièrement, ajouter 2 cc de tahin et un peu de sel.


Montage et cuisson des agnolotti :

Poser sur chaque rond de pâte 1 cc de purée de petits pois et 1 cc de poisson, refermer en deux et appuyer fermement sur les bords avec le bout d’une fourchette.

Si vous ne cuisez pas les pâtes immédiatement, congelez-les, même pour quelques heures. Si vous les conservez crus au réfrigérateur, la farce humide va détremper la pâte et les raviolis seront difficilement manipulables, voire troués, en bref beaucoup moins présentables.


Mettre une noix de beurre ou un peu d’huile dans une poêle chaude. Poser les agnolottti et les faire dorer légèrement. Ajouter un peu d’eau (4 à 5 cs) et couvrir. Quand l’eau est complètement évaporée, retourner les pâtes pour dorer légèrement l’autre coté.
Servir avec la crème d’ail tiède.

Edit : j'ai remporté ce concours, ex-aequo avec Brigitte qui a écrit un très beau texte que je vous invite à lire.

Vous trouverez le récapitulatif des participations au concours ici, et les résultats .
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Wahou! je suis soufflée! ils sont magnifiques! il faut absolument que je trouve un moment la semaine prochaine pour les faire! un grand merci pour cette participation!

    RépondreSupprimer
  2. ça fait envie !
    perso, je ne mets jamais de sel dans la pâte à pâte, je trouve que ça la durcit...

    RépondreSupprimer
  3. Ils sont très beaux et super réussis, bravo !

    RépondreSupprimer
  4. Et bien quel niveau !
    bravo !

    Ca m'incite à faire des pâtes plus élaborées.

    RépondreSupprimer
  5. Rhoo, que de compliments ! Vous êtes trop gentilles avec moi !

    RépondreSupprimer
  6. Sophie,

    merci pour deux choses:)
    deja pour cette recette impressionnante, vraiment bravo :D c chouette les créations comme ça avec des mélanges (cuisson gyoza, pate italienne...)
    et aussi d avoir parlé de hellocoton je connaissais pas!

    +++

    Lili

    RépondreSupprimer
  7. Mais de rien Lili ! Je me suis inscrite sur Hellocoton dans l'espoir de référencer un peu mieux mon blog, et depuis j'y passe des heures, et des heures, et des heures...

    RépondreSupprimer
  8. Ah ben zut ! Je n'imaginais pas qu'on pouvait simplement poêler les pâtes fraîches. Merci de m'ouvrir ainsi des horizons.
    En tous cas, tu as bien fait de te lancer dans l'aventure de la pâte fraîche, c'est beau comme l'agneau qui vient de naître, tes petites merveilles aussi insolites que succulentes !

    RépondreSupprimer